Le divorce hétérosexuel en Angleterre et au Pays de Galles est à son plus bas niveau depuis 1973

La diminution du nombre de divorces correspond à la diminution du nombre de mariages au cours de la même période, selon le bureau des statistiques

Le nombre de couples hétérosexuels qui divorcent en Angleterre et au Pays de Galles est à son plus bas niveau depuis 1973.

Selon les données de l’Office for National Statistics (ONS), il y a eu 101 669 divorces de couples hétérosexuels en Angleterre et au Pays de Galles en 2017, soit une diminution de 4,9% par rapport à 2016. Il y a eu 338 divorces de couples de même sexe en 2017, soit trois fois plus qu’en 2016. Près des trois quarts (74 %) de ces divorces concernaient des femmes.

En revanche, les taux de divorce en 2017 ont augmenté pour les hommes de 45 ans et plus et pour les femmes de 50 ans et plus, par rapport à 2015.

Le nombre de divorces en 2017 était inférieur de 34 % au plus récent sommet du nombre de divorces atteint en 2003. L’ONS note que cette diminution correspond à une diminution du nombre de mariages au cours de la même période.

Baisse constante du nombre de mariages

Cette baisse constante du nombre de mariages pourrait s’expliquer par le nombre croissant de couples qui choisissent de cohabiter plutôt que de se marier, selon l’ONS.

Nicola Haines, de l’ONS, a dit : “Les taux de divorce pour les couples hétérosexuels en Angleterre et au Pays de Galles sont à leur plus bas niveau depuis 1973, soit environ 40 % de moins que le sommet atteint en 1993. Toutefois, parmi les personnes âgées, les taux sont en fait plus élevés en 2017 qu’en 1993 – peut-être en raison du vieillissement de la population et du fait que les gens se marient plus tard dans la vie.

“Le nombre de divorces parmi les couples de même sexe a plus que triplé entre 2016 et 2017 – bien que cela ne soit pas surprenant puisque les mariages de couples de même sexe ne sont possibles en Angleterre et au Pays de Galles que depuis mars 2014.

L’ONS note une augmentation progressive de la durée médiane des mariages qui se terminent par un divorce depuis 2009, année où elle était de 11,4 ans. Elle ajoute que ” l’âge du mariage est considéré comme étroitement lié au risque de divorce, les personnes qui se marient à l’adolescence et au début de la vingtaine étant plus à risque “.

 

62 % des divorces ont été demandés par l’épouse

En 2017, 62 % des divorces ont été demandés par l’épouse. Entre 1980 et 2000, ce chiffre a toujours été supérieur ou égal à 70 %. Le motif de divorce le plus courant en 2017 pour les couples hétérosexuels et homosexuels était un comportement déraisonnable. C’est aussi la raison la plus courante pour les épouses, 52 % d’entre elles demandant le divorce pour ces motifs, comparativement à 37 % de tous les maris.

“Souvent, c’est lorsque les enfants quittent la maison qu’il devient clair que les choses ne fonctionnent pas. Avec l’augmentation de l’espérance de vie, beaucoup prennent la décision de mettre fin à la relation et de retrouver l’amour plus tard dans la vie, plutôt que de passer le reste de leur vie malheureux”, a déclaré Aidan Jones, le directeur général de l’organisme de soutien à la relation Relate : “Il est donc positif de constater que la tendance à la baisse des taux de divorce se poursuit, malgré un léger sommet en 2016. Il est intéressant de voir à quel point les personnes âgées vont à contre-courant de la tendance et cela reflète ce que nous voyons dans la salle de consultation où nous entendons beaucoup de couples de 50, 60, 70 ans et plus qui se sont séparés.

Jo Edwards, qui préside le groupe de droit de la famille de Resolution, a déclaré : “Les partisans du divorce sans égard à la faute invoqueront à juste titre un aspect des statistiques d’aujourd’hui, qui montrent que le comportement déraisonnable était la raison la plus courante du divorce des couples hétérosexuels, 52 % des épouses et 37 % des maris présentant une demande pour ce motif, et aussi la raison la plus courante pour laquelle les couples de même sexe divorcent, représentant 83 % des divorces chez les femmes et 73 % chez les hommes – comme preuve de la nécessité d’agir rapidement pour introduire le divorce sans égard à la faute, comme l’indique un document de consultation publié par le ministère de la Justice plus tôt ce mois-ci.

“Dans sa recherche publiée l’automne dernier, le professeur Liz Trinder a souligné qu’en Angleterre et au Pays de Galles, le blâme est réparti dans le divorce environ 10 fois plus que dans les autres pays avec lesquels elle a entrepris une comparaison. En tant qu’avocat et médiateur en droit de la famille, je constate quotidiennement l’acrimonie que cela cause et les conséquences néfastes qui en découlent pour les enfants.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *