Les juges agissent comme des tiers parents

Les divergences constantes entre les parents divorcés ou séparés font s’effondrer les tribunaux de la famille et les tribunaux d’instance d’Espagne

Les juges “agissent en tant que tiers parents” et il y a un “effondrement” des tribunaux spécialisés de la famille et d’instance. La présidente de l’Association Espagnole des Avocats de la Famille (AEAFA), María Dolores Lozano, déclare qu’une “judiciarisation de la famille et de la vie quotidienne” a lieu. Ces dernières années, dénonce cet avocat, ” il devient évident qu’il devient une difficulté constante pour les parents lorsqu’ils exercent et prennent des décisions dans l’autorité parentale.

Dans tous les cas, il s’agit d’affaires avec un certain degré de désaccord entre les parents qui, à défaut d’essayer de les résoudre à l’amiable, donnent lieu à une procédure judiciaire. “Il est de plus en plus fréquent que des désaccords surgissent sur le choix du centre éducatif au début de l’année scolaire, dans la prise de décisions qui impliquent des dépenses (comme les activités extrascolaires des enfants) ou sur des questions qui ont une composante idéologique ou religieuse sous-jacente (comme la réalisation de la première communion ou la catéchèse), ainsi que des décisions qui impliquent un changement de résidence des enfants afin de les déplacer d’un lieu à un autre et même d’un pays à un autre, explique la Présidente de l’AEAFA.

 

Laisser quelqu’un d’autre décider

Le problème est que beaucoup de familles, poursuit Lozano, “se sont habituées à aller devant les tribunaux, dans la mesure où, dans les tribunaux, l’affaire est connue non pas par le numéro, mais par le nom des parties. Malheureusement, il s’agit souvent de parents qui ne sont pas capables de résoudre eux-mêmes les problèmes et qui s’habituent à judiciariser la vie familiale. À quelqu’un d’autre de décider, tant que ce n’est pas l’autre parent. Il y a des couples qui semblent travailler sur le coup de la décision d’un juge, mais il est nécessaire qu’ils s’efforcent de parvenir à un consensus et de négocier une entente avant d’aller en cour “, dit Maria Dolores Lozano. “Ces personnes devraient tenir compte de l’impact émotionnel très élevé que ces crises familiales ont sur les enfants et les parties concernées, et du coût économique élevé pour l’administration de la justice, qui met automatiquement tous les mécanismes en marche. Le juge, le procureur, l’avocat de l’administration de la justice, les avocats, parfois le psychologue….”.

Face à cette situation, l’AEAFA considère qu’il est nécessaire que le citoyen connaisse les méthodes alternatives de résolution des conflits, parmi lesquelles Lozano met l’accent sur la médiation : c’est une tentative préalable de résoudre leur conflit familial, à l’amiable et gratuitement, capable d’aider le couple avec ou sans enfants à conclure des accords afin que la cessation de la vie commune soit pacifique.

Cette alternative n’est pas bien connue de notre société mais, malgré son manque de visibilité, ” c’est une option à considérer pour ceux qui souhaitent parvenir à des accords qui assurent la continuité de leur pratique parentale “, déclare Trinidad Bernal, présidente de la Fondation ATYME, une organisation pionnière dans notre pays en proposant ce service. La médiation, souligne-t-il, ” est un outil très utile pour les couples qui veulent que la séparation ou le divorce soit paisible et pour que les deux parents puissent s’occuper de leurs enfants même s’ils ne sont plus ensemble “.

Mais pour être efficace, dit Ascension Iglesias, président de l’UNAF (Union des associations familiales), il est nécessaire que les membres du couple viennent volontairement s’informer de ce service. “L’idée est de fomenter à la fois des attitudes de collaboration et des attitudes de confrontation caractéristiques d’une procédure contentieuse. En médiation, les deux sont du même côté, du côté de la famille et, par conséquent, sont capables de privilégier un intérêt commun, qui sont les enfants, par rapport aux attirances personnelles. La réalité est que pour consolider la médiation, il faut, conclut le président de l’AEAFA, ” que les pouvoirs publics investissent dans la création d’équipes de médiation et unifient la formation de ces professionnels, qui peuvent actuellement avoir une base en droit, en psychologie ou être travailleurs sociaux.

Critères de reconduite

Cependant, dit Lozano, il faut être conscient que tous les conflits ne sont pas médiables, auquel cas, la figure du coordinateur parental est présentée comme une alternative pour aider les parents à prendre des décisions concernant leurs enfants : qu’est-ce que c’est et comment cela fonctionne ? le coordinateur parental intervient pour ” réorienter ” les critères éducatifs des parents au profit des enfants. C’est un personnage nouveau, d’origine anglo-saxonne, qui n’est pas encore réglementé dans notre Loi, mais qui commence déjà à être intégré dans les accords réglementaires et les sentences judiciaires, même si le processus est contentieux”.

Recours judiciaires

En principe, il s’adresse aux familles qui connaissent des niveaux élevés de conflits, explique Lucía del Prado, présidente de la Fondation Filia, spécialisée dans ce type de soutien. “Quatre-vingt-dix pour cent des recours judiciaires sont rongés par ce type d’affaires, de litiges multiples étalés dans le temps, ou de non-respect suivi d’une condamnation. Il n’y a plus d’accords, il n’y a plus de communication, il n’y a plus de liens, il n’y a plus de volonté de régler quoi que ce soit. Il n’y a que le désir de finir ou d’annihiler l’autre personne. Ce sont, par exemple, les cas de parents qui ne voient pas leurs enfants pendant des années, ou l’inverse, parce que l’autre partie les a retournés contre eux.

La figure du coordinateur parental, explique Del Prado, “est une sorte d’assistant du juge qui, pendant trois mois, étudie en profondeur tous les détails de ce noyau familial. Il s’assoit avec tout l’environnement pour essayer de tirer des conclusions : avec le père, la mère, les enfants, les cousins, les grands-parents, le tuteur, le pédiatre… Afin de les aider à voir le risque pour l’enfant. Il fera ensuite parvenir au juge un rapport complet avec ses évaluations, ses recommandations… et le juge agira en conséquence. C’est-à-dire que de nouvelles lignes directrices sont proposées, même s’il est possible de suggérer le changement de certaines normes déjà établies, allant jusqu’à changer la phrase”.

Pour le président de l’AEAFA, il est important de souligner qu’en 2017 en Espagne ” un total de 102 341 couples divorcés, séparés ou en nullité civile, soit 1% de plus qu’en 2016. Et que chaque année, plus de 250 000 enfants sont touchés par les procédures judiciaires des crises familiales de leurs parents, ce qui a des conséquences à vie. Ces chiffres représentent un grave problème social et font qu’il est important de fournir à la société les outils nécessaires pour mener à bien un bon divorce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *